Lutter ensemble contre les violences commises à l'encontre des travailleurs-euses du sexe

En séance plénière du Parlement francophone, j’ai interpelé le gouvernement sur les violences commises à l’encontre des travailleurs-euses du sexe.

Quotidiennement, les travailleurs-euses (TDS) sont confrontés à des violences verbales voire physiques : des sac-jackings, du vandalisme, des coups ou encore des agressions sexuelles.

Toutes formes de violences sont inadmissibles.

La ministre-présidente m’a répondu que les TDS feront partie intégrante du futur plan régional de lutte contre les violences faites aux femmes.

Ce futur plan est actuellement en cours d’élaboration et piloté par la ministre à l’Egalité des Chances, que j’interrogerais prochainement sur cette même question. Ce plan sortira ses effets dans le courant de l’année 2020.

Par ailleurs, le Gouvernement est en train de reconduire le plan intra-francophone de lutte contre les violences sexistes et intra-familiales. Dans ce cadre, des réunions auront lieu durant tout le long de l’année 2020 à commencer par ce lundi 20 janvier. Des discussions seront ainsi entamées entre la Cocof, la Région bruxelloise, la Région wallonne et la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Certaines mesures et actions initiées lors du précédent plan, en matière de prévention des violences, de collectes de données qualitatives et quantitatives sur toute forme de violence, de mesures de protection, ont été dégagées et regroupées pour contribuer à l’élaboration du prochain plan. Ces mesures sont les suivantes :

  • la sensibilisation des groupes à risque notamment les femmes hébergées et se prostituant dans des centres FEDASIL.
  • La formation initiale et continue des professionnels du monde médical, judiciaire et psycho-social, des médias et des publicitaires.
  • La prise en charge des victimes. Le nouveau métier d’infirmière médico-légale travaillant actuellement dans les centres d’accueil pour les violences sexuelles pourra être transposé dans les hôpitaux afin de faciliter la relève de preuves.
  • Pérenniser les ligues téléphoniques SOS VIOL.

Pour l’année 2019, 10.000 euros ont été dégagés pour l’ASBL Isala qui accompagne socialement les TDS en vue de leur insertion dans la société. Cette association rassemble des bénévoles de tous âges qui agissent en soutien aux personnes prostituées en allant à leur rencontre et en les accompagnant dans leurs démarches vers une vie meilleure.

La Cocof finance également l’ESPACE P qui fournit une aide aux TDS ainsi qu’un accompagnement individuel en cas de violences, exploitation, ou encore discrimination.

Dans le cadre de sa compétence de la promotion de la Santé, l’institution francophone bruxelloise a également soutenu l’ESPACE P à réaliser la promotion de la journée internationale de lutte contre les violences commises à l’égard des TDS. Une exposition a également été financée recueillant le témoignage de plus de 50 TDS afin de sensibiliser le grand public.

La ministre est actuellement en contact avec la plateforme ALIAS prévention SIDA et ISALA qui sont des acteurs de terrain qui travaillent notamment avec les TDS. Les entretiens avec ces acteurs de terrain ont pour but d’émettre des propositions concrètes afin que le Gouvernement puisse travailler sur cette question au cours de la législature.

Je resterai très attentive à ces questions et veillerai à ce que le gouvernement tienne ses engagements.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s